fbpx

Toutes les populations n’ont pas la même approche de la nourriture et de la diététique. Nous avons voulu en apprendre davantage sur l’alimentation ayurvédique… Même si  Sabrina n’est pas thérapeute ayurvédique, elle nous explique ce qu’il en est.

L’alimentation ayurvédique : mon approche

Mon approche de la nutrition et de la santé holistique m’ont amené à m’intéresser de près aux approches traditionnelles de la santé et de l’alimentation, comme l’ayurvéda et à la médecine traditionnelle chinoise. 

Je trouve que ces approches sont souvent bien plus pertinentes que notre relation moderne avec l’alimentation.

Plutôt que de transformer le corps en « calculette à calories », l’ayurvéda  s’intéresse à l’impact de ce que nous mangeons sur notre santé et notre bien-être. Elle va aussi plus loin en considérant que tous les aliments ne sont pas bons pour tout le monde ni tout le temps… Ce qui est tout à fait ma vision des choses également !

Sans rentrer dans les détails de l’alimentation ayurvédique, j’aimerais t’en donner les grandes lignes afin que tu puisses en tirer quelques clés, pratiques à appliquer dans ton quotidien. L’objectif étant de t’aider à agir sur ta santé et ton bien-être, naturellement.

1er principe : soigne ton feu digestif (agni)

La médecine ayurvédique considère qu’au sein de notre système digestif réside une sorte de feu ou d’énergie, qui, selon sa force va plus ou moins bien digérer les aliments.

Ce feu digestif porte le doux nom d’Agni en sanskrit. Ce feu digestif est plus ou moins important selon les personnes et selon notre  constitution (ou dosha, j’y reviendrais plus loin). Il peut aussi varier en fonction des saisons et en fonction de potentiels déséquilibres internes (maladie, déséquilibre énergétique,…).

Ce qu’il te faut surtout retenir, c’est que tu dois tout faire pour entretenir et respecter ce feu digestif pour rester en bonne santé. 

L’alimentation ayurvédique dans les grandes lignes

tweeter
running bases alimentaires

Ainsi, l’ayurvéda recommande de ne pas terminer le repas par un aliment froid (donc exit les glaces, les fruits frais et autres en dessert) ou encore de ne pas boire de l’eau glacée en même temps que tu manges. Cela éteint ton feu digestif.

De même, évite de consommer directement un aliment qui sort du réfrigérateur. Mieux vaut attendre qu’il remonte à T° ambiante.

2e principe : adopte une alimentation vivante 

Rassure-toi, avoir une alimentation vivante, ce n’est pas commencer à manger des huitres vivantes ou des insectes vivants façon Koh –Lanta 😉 .

C’est surtout manger des aliments vrais, donc peu transformés, et consommer des fruits, légumes, graines, viandes,… qui soient le plus frais possible.

Cela tombe sous le sens : manger des aliments ultra-frais permet de bénéficier d’un maximum de vitamines et d’éviter le développement de bactéries au sein du produit. Selon l’ayurvéda, cette pratique permet également de bénéficier de toute l’énergie vitale contenue dans les aliments…

Cela revient donc à cuisiner au maximum des ingrédients bruts et éviter tout ce qui est produit industriel.

Si tu cherches quelques idées de recettes saines et gourmandes à base de bons ingrédients naturels, tu en trouveras ici. Évite aussi de consommer des restes qui datent de plus de 24h dans ton réfrigérateur.

3e principe : mange selon ta faim, sois à l’écoute de ton corps

Dans l’ayurvéda, s’alimenter est un processus qui doit répondre à un besoin du corps.

Pour connaitre et répondre au mieux à ces besoins, il est donc indispensable d’écouter les messages que nous transmet notre corps : sensations de faim/manque de faim, de satiété, d’écœurement, … 

Ainsi, tu attendras d’avoir faim (la vraie faim, pas la petite envie de grignoter pour passer le temps ou calmer un stress, hein ?!) Avant de manger.

De même, tu t’arrêteras de manger avant d’avoir la sensation de trop plein. Mieux vaut laisser encore un peu de place, pour ne pas surcharger (et donc étouffer) ton feu digestif.

Il est aussi conseillé de laisser passer au moins 3 à 5 h entre deux repas (donc exit les grignotages). C’est bon à tout point de vue : l’intestin et l’estomac fonctionnent mieux ET tu évites les calories supplémentaires

4e principe : mange dans de bonnes conditions 

Toujours dans cette idée de préserver ton feu digestif, il est important de manger dans une atmosphère calme, en prenant le temps.

De même, évite de manger en étant sous le coup d’une émotion forte (avec le ventre noué…) : l’énergie du corps à ce moment précis n’étant pas disponible pour la digestion, cela ne manquera pas d’entraîner la formation de gaz … 

5e principe : à chacun ses aliments clés !

En ayurvéda, il n’y a pas 1 modèle alimentaire qui convienne à tous.

Au contraire, les aliments que nous mangeons, la façon dont nous les cuisinons ou les assaisonnons doit être adapté en fonction de notre constitution de naissance ou Dosha.

Pour t’expliquer brièvement, tout comme tous les êtres de la nature, nous sommes composés des 5 éléments (air, éther, feu, eau, terre), selon des proportions différentes.

Ces 5 éléments appartiennent à 3″doshas »ou grandes énergies qui régissent la vie. Il s’agit de Vata (air et éther), Pitta (feu et eau) et Kapha (eau et terre). Chacun de nous possède du Vata, du Pitta et du Kapha, mais jamais dans les mêmes quantités.

En distinguant son ou ses doshas dominant(s), tu pourras ainsi adapter ton alimentation en fonction de ce qui est bon pour TOI.

Il existe quelques tests en ligne qui permettent d’avoir une première idée de ta constitution (pour plus de précision, je te conseille de voir un thérapeute formé à l’ayurvéda). 

Deux  exemples :

  • Une personne à dominante Pitta, devra faire attention à ne pas trop consommer d’aliments ‘chauffants’ (épices fortes, aliments chauds), surtout en été, pour ne pas exacerber leur feu intérieur déjà bien actif.
  • Une personne a à dominante Kapha, aura plus tendance à stocker et à avoir un feu digestif peu efficace. Elle devra donc éviter les aliments trop gras, trop sucrés, trop lourds et devra favoriser les repas légers. Le jeûne lui sera bénéfique (alors qu’il sera plutôt déconseillé aux personnes à dominante Pitta !)

Cette vision est loin d’être idiote car je vois bien dans mes consultations que deux personnes ne répondent pas de la même manière à une alimentation identique et que les pratiques à la mode comme le jeûne intermittent, le régime cétogène ou le véganisme ne sont pas fait pour tout le monde !

Cela permet donc de prendre de la distance vis-à-vis de toutes ces tendances qui peuplent les magazines …

Et toi, es-tu prête à ouvrir tes chakras et adopter une alimentation plus en phase avec les besoins de ton corps et de ton mental ?

Partage de l'article !

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Par mail
Naturellement moi
v 0
1

un commentaire ?

0 Commentaires

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ça pourrait t'intéresser !