Qui n’a pas entendu parler du sujet environnemental majeur qu’est la sécheresse ? Le manque d’eau se fait sentir partout sur la planète…Mais, ce n’est pas la spécialité de notre chroniqueuse. On va plutôt parler de sécheresse intime dans cet article. Nous allons comprendre grâce à Sophie, notre sexothérapeute, pourquoi c’est le désert dans notre culotte.

Qui sont les femmes les plus concernées par la sécheresse vaginale ?

Contrairement aux idées reçues la sécheresse intime touche toutes les femmes1 femme sur 6 est concernée…et pas que les femmes ménopausées !

Ça touche aussi les femmes enceintes, les jeunes mamans, les femmes comme toi et moi.

Quelles sont les raisons de cette sécheresse ?

Hélas, de nombreuses raisons peuvent rendre ton intimité sensible, voire douloureuse :

  • La ménopause bien sûr, 20 % des femmes ménopausées ressentiront une sécheresse ;
  • Certains médocs contre l’hypertension, la dépression, le diabète… (Ce n’est pas une raison pour arrêter un traitement de soi-même.) ; 
  • La chimiothérapie et la radiothérapie ;
  • Les infections génitales et urinaires à répétition qui abiment la flore vaginale ;
  • Le stress et l’anxiété qui provoquent une baisse de désir et donc de lubrification ; 
  • La mésentente dans le couple ; 
  • Les cigarettes et l’alcool (et oui, ça aussi !!)  ; 
  • Une hygiène locale trop agressive avec des produits décapants : ta vulve et ton vagin n’ont pas besoin de soins particuliers ni de douche vaginale.  Le corps s’auto-nettoie et une hygiène douce 1 fois par jour suffit ; 
  • Les vêtements trop serrés, les strings qui irritent ta peau ;
  • Les produits parfumés. 

Finalement, tu vois, les raisons peuvent être autant physiologiques que psychologiquesTu vas me dire, mais que faire ? Rassure-toi, les solutions existent, heureusement.

La sécheresse vaginale n’est pas une une rumeur !

tweeter

Que dois-je faire en cas de sécheresse intime ?

Le premier bon réflexe est d’en parler avec ton gynécologue ou ton médecin. Il te connait bien et saura te conseiller.

À la ménopause, c’est l’arrêt des œstrogènes qui provoquent la baisse de lubrification. La meilleure solution est de recevoir un traitement hormonal substitutif en gel ou en patch. Demande-le à ton gynéco dès les signes de pré-ménopause (bouffées de chaleur, règles irrégulières….).

En cas de diminution passagère (stress, fatigue), tu trouveras en pharmacie des gels lubrifiants très efficaces.

Si tu as des problèmes de couple, emmène Chéri(e) consulter un(e) sexologue ou un(e) conseiller conjugal.

Pour ton hygiène, utilise des produits au PH neutre, non parfumés et ne nettoie jamais l’intérieur de ton vagin. Il fait ça tout seul, comme un grand, même après un rapport sexuel.

Je te rappelle aussi, petit abricot fragile, que les préliminaires restent et resteront le meilleur moyen de te faire mouiller la petite culotte…

Cela peut nous arriver à toutes, n’hésite pas à partager ta solution en commentaire si tu as déjà rencontré ce problème.

Partage de l'article !

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Par mail
Hyper épanouie
v 0
0

un commentaire ?

0 Commentaires

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ça pourrait t'intéresser !