« J’ai envie d’être libre et de cuisiner sans avoir à suivre un livre de recette, je veux me lâcher en cuisine sans faire un massacre, c’est possible ? » Sabrina, notre nutritionniste, te dévoile ses secrets de chef pour une cuisine improvisée !

Cuisiner sans livre de recette, c’est vraiment possible ?

Alors je te rassure tout de suite, savoir cuisiner, ce n’est pas inné, ça se travaille, en même temps qu’on développe ses papilles et son horizon culinaire. 

C’est comme pour découvrir une nouvelle ville : cela ne se fait pas en restant le nez dans le guide du routard mais en osant aller se perdre dans les petites ruelles, en suivant son intuition et sa curiosité. En cuisine, cela revient à faire confiance à ses sens : à sentir, à goûter, à tester…parfois à rater mais pour mieux réussir ensuite !

Pour cuisiner hors des sentiers battus, il faut laisser ta peur d’échouer derrière toi. Tu ne vas sans doute pas arriver à un plat digne de Top Chef du premier coup et ce n’est pas grave : c’est le métier qui rentre ! 

Tout est une question de patience 

Tu sais, aussi passionnée de cuisine et expérimentée que je puisse l’être, il m’arrive de me louper dans les grandes largeurs et de jeter un gâteau ou un plat à la poubelle tellement c’est infect…Pour ton portefeuille il vaut mieux éviter que ça se renouvelle trop souvent, mais en général la deuxième fois est déjà beaucoup mieux. Les 2 mots d’ordre à retenir ?  OSER et PERSÉVÉRER.

Deux méthodes : 

Ensuite, dit toi qu’on crée rarement de zéro. Je te conseille donc de partir d’un basique, un plat que tu maîtrises sur le bout des doigts et de le « pimper » : tu lui ajoutes des petites touches d’originalité. 

L’autre ‘méthode’ consiste à partir d’une recette connue, encore une fois, et de remplacer un ou plusieurs ingrédients par d’autres. C’est d’ailleurs l’occasion de tester des aliments que tu connais moins, voire pas du tout.

Tu as encore des doutes sur ta capacité créative ? Je vais te montrer quelques exemples.

Les mots à retenir en cuisine : oser et persévérer ! 

tweeter

La création culinaire pour les nuls : la salade

La salade, c’est le plat parfait de l’été. Le plat inratable qui régale tout le monde et qui se prépare relativement rapidement. 

Pour réussir une salade en sortant des sentiers battus, tu peux bien sûr mettre dedans tout ce que tu trouves dans tes placards et dans ton frigo, y ajouter une vinaigrette toute faite, et hop. On va dire que c’est le premier niveau. 

Si tu veux atteindre le niveau supérieur, je te propose de penser ta salade en suivant un thème et en ajoutant les aliments que t’évoquent ce thème.

Par exemple : 

La salade italienne. Quand je pense à l’Italie, je pense au jambon de Parme, au parmesan, aux tomates, à l’huile d’olive, aux pâtes… Et bien pourquoi ne pas mélanger tous ces ingrédients pour une salade de pâtes originale ?

Il suffit de prendre un reste de pâtes ou mieux, de faire cuire quelques penne, d’y ajouter des tomates fraiches ou confites (voire les deux, moi, quand j’hésite, je mets tout!), du jambon de Parme coupé en lamelles fines, des cœurs d’artichaut pour la couleur (vert, rouge et blanc, ça fait italien, non ?), un peu de parmesan et je fais une simple vinaigrette à base de vinaigre balsamique et d’huile d’olive, un peu de sel, de poivre et zou, le tour est   joué !

La salade asiatique. Quand je pense à l’Asie, je pense à la sauce soja, aux pousses de soja (= haricot mungo), aux nems, aux cacahuètes des sauces thaïe, à l’ananas, à la mangue…En salade, ça va donner quoi ?

Cela peut commencer par une base de salade verte, y ajouter quelques lamelles de carottes (il y en a toujours dans les plats asiatiques !), des pousses de haricot mungo en boite, des morceaux d’ananas frais ou de mangue fraiche (selon ce que tu trouves en magasin ou selon tes envies), un ou deux nems cuits et coupés en morceaux sur le dessus (tu peux en trouver chez le traiteur Chinois du coin ou dans certaines enseignes de surgelés…), un peu de cacahuètes concassées sur le dessus et tu accompagnes le tout avec une sauce maison à base de sauce soja, d’huile végétale (celle de sésame par exemple) et de vinaigre ou de jus de citron vert… Simple, non ?

Je laisse parler ma créativité : je pimpe une recette archi classique

Pour commencer à laisser parler ta créativité, tu peux commencer par partir d’une recette bien connue et remplacer certains ingrédients.

Un premier exemple facile : le risotto. C’est une recette très simple qui varie déjà au fil des saisons en adaptant le légume utilisé. Jusque-là ça va, en général tu n’as pas besoin de recette. Et que dirais-tu de remplacer le riz par du quinoa ou, soyons fou, par du sarrasin ? Tu peux partir sur le même principe de cuisson, mais vu que tu ne connais pas le pouvoir absorbant de ces graines, il suffit d’ajouter le bouillon au fur et à mesure et de goûter jusqu’à ce que tu sois satisfaite du résultat. 

Le secret d’un plat réussi sans livre de recette ?  goûter et re-goûter pour adapter tes ingrédients si besoin !

Tu commences à prendre confiance en toi ?

Super, partons alors du côté de la pâtisserie. Elle parait souvent inabordable sans recette, et pourtant… 

Tu ne me crois pas ? Je suis sûre que tu connais au moins 1 recette : celle du quatre-quarts ! La recette de base contient 4 œufs et le même poids en sucre, farine et beurre. Il faut juste penser à y rajouter de la levure et un arôme et Zou, le tour est joué (PS : il faut le cuire à 180°C entre 45 et 60min )

Une fois que tu as cette recette, tu peux laisser aller ton imagination. Ainsi tu peux remplacer une part de la farine de blé classique par une farine différente (farine de blé noir ou sarrasin, farine d’épeautre, farine de châtaigne…) ou par de la poudre d’amande. Tu peux remplacer le beurre par du lait de coco ou par un yaourt (toujours en gardant le même poids). Tu peux aussi te lâcher sur les arômes. La vanille, c’est sympa, mais pourquoi ne pas essayer avec un peu de rhum (avec modération, bien sûr) ou un arôme café, ou amande amère, ou encore une bonne dose de cannelle ? ou ajouter des fruits ?

Si tu remplaces une partie de ta farine par de la noix de coco râpée, ton beurre par du lait de coco et que tu rajoutes des morceaux d’ananas, tu passes d’un bête quatre-quarts à un cake des îles !

En faisant ces changements, la texture risque de changer un peu. Si tu t’aperçois que ton gâteau est un peu trop tassé, c’est que ta pâte était un peu trop liquide à la base (le lait de coco contient plus d’eau que le beurre, c’est normal). Pour corriger, la fois suivante, ajoute un peu de farine pour compenser… C’est aussi simple que ça !

J’espère avoir réussi à désacraliser la cuisine et la pâtisserie pour te prouver que c’est  abordable. Tu as le droit de te faire plaisir aux fourneaux et de ne pas suivre une recette à la lettre…voire pas du tout. Ce mois-ci (et les suivant), tout est permis, alors un seul mot d’ordre : lâche toi, expérimente, rate…et régale-toi !

Si tu cherches de l’inspiration en cuisine, tu peux aussi aller jeter un œil sur mon blog pour y piocher des idées d’associations de saveurs…

Partage de l'article !

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Par mail
Naturellement moi
v 0
0

un commentaire ?

0 Commentaires

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ça pourrait t'intéresser !