Tu connais l’expression #dropthemic ? On pourrait complètement l’appliquer à l’édito de Steph. Il est tellement cash/clash, qu’on n’a pas de mots pour exprimer ce qu’on a ressenti en le lisant. Ha… Si… MERCI !

 

Ça va la bohème ?! On vous dérange pas trop ?

Il y a quelques années, les mots “bienveillance”, “communication positive”, “empathie” sont rentrés dans notre quotidien. C’est un peu à la même époque où j’ai créé Les Pulpeuses Magazine. Comme si l’ambiance sociétale devenait plus cool, plus agréable, plus compatissante. Comme si on avait envie d’être plus “sympas” les uns avec les autres. Une vraie bouffée d’oxygène pour beaucoup d’entre nous.

Et puis 5 ans plus tard, ces mots résonnent comme une injonction. “Faut” être positif, bienveillant, gentil, doux… BLABLABLA ! “Faut” se montrer sous son meilleur jour sur les réseaux sociaux, dire qu’on vit un rêve éveillé. Prend l’exemple de certains influenceurs qui exposent bien souvent une vie semblable à un paradis ambulant. Même avec nos potes, on ne supporte plus celles qui étalent leurs soucis parce que ça nous fait chier et que ça nous plombe l’ambiance.

En fait, on est clairement pas nous-même quoi ! Bin tu sais quoi ? J’en ai un petit raz le bol de l’ambiance “fleur dans les cheveux bohème et plume dans l’c*l”. Pas toi ?

Insta fake in your face

Je m’en suis rendue compte quand j’ai lancé mon compte insta il y a quelques jours. Au fond, cela faisait des mois (voire des années) que j’avais envie d’ouvrir un compte sur insta. Mais quand je voyais ce qui était posté, j’avais l’impression qu’il fallait que je sois parfaite, que mon compte soit parfait, pour être à peu près légitime de poster quoi que ce soit. Je me suis fait tout un film avec ça pendant des semaines !

Et puis un jour, je me suis dit “d’la merde ! Je vais me montrer telle quelle et ça sera ÇA qui fera ma différence et qui inspirera les gens”. En fait, je n’ai pas envie de m’inventer une vie (j’ai pas le temps, je laisse ça pour les autres) et surtout j’ai envie d’un peu plus d’authenticité, de réalisme dans ma vie. Je veux afficher un compte authentique, avec ses ratés et ses réussites, avec mes failles et mes victoires. Et je veux l’appliquer au perso, comme au pro. Tu vois où je veux en venir ?

Mise à nue totale dans 3….2…1…

Pour aller plus loin avec cette histoire d’instagram, y’a un truc qui me soul vraiment (mais vraiment !). Les mecs qui bossent chez Insta, ce qu’ils adooooorent c’est les gros nichons, les peaux lisses, les meufs jeunes et les photos retouchées ! Mais quand on parle règles, orgasme, cellulite et tétons… (la vraie vie quoi) l’appli cri au scandale, bloque ton compte, te censure. Si chez insta ils le pouvaient, ils nous enverraient faire un tour à ALCATRAZ pour avoir liké la photo d’une meuf ronde de dos.  Allez basta, ciao !

Du coup, en avril on fait une totale mise à nue chez Les Pulpeuses. On s’fou à poil quoi ! On se montre tel qu’on est et on assume tout. Nous, ce mois-ci, on va dire tout haut c’que tout le monde pense tout bas 😉 Et on va pas tourner autour du pot, on va aller droit dedans :p

Au programme :

  • une sélection des meilleurs spots nudistes
  • un bon coup de pied aux c*l pour ne plus procrastiner
  • assumer son unicité pour rayonner dans la vie
  • un naked cake qui fait GRRRRRRRR
  • des culottes qui mettent en valeur ton boule
  • apprendre à manger cru… ou pas

Merci bisous Merci. C’est tout pour moi #flemmedecrirelafin

Steph

Partage de l'article !

  • Facebook
  • Twitter
  • Google +
  • Pinterest
  • Par mail
Édito
v 0
3

un commentaire ?

0 Commentaires

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ça pourrait t'intéresser !