fbpx

La société est faite de codes, plus ou moins rigides. Un vrai héritage qui colle à la peau ! Certains les appliquent, d’autres non, c’est assez perso’. Tu es peut-etre aussi dans le dernier cas : celui de vouloir casser les codes mais de ne pas trop savoir comment faire. Suis Christelle, coach en développement perso’. Elle va te guider vers la liberté des codes !

Le coût des codes : je check ceux qui comptent

Dans notre quotidien, nous sommes cernés par les codes, c’est-à-dire les choses qui se font et celles qui ne se font pas. Pourquoi ? Parfois ça se comprend et parfois, pas vraiment. Tu sens que tu as besoin de te libérer de ces codes ? Ose être libre et lâche les codes avec bienveillance.

J’aime bien te raconter des expériences et des histoires alors je te laisse découverte celle-ci : J’avais une copine qui adorait marcher pieds nus au bureau. Elle choquait, et alors ? Elle mettait des chaussettes de différentes couleurs ;  les rideaux et les chaises chez elle étaient dépareillés. Elle s’amusait à coller des images marrantes dans les toilettes. Sa chanson préférée était « il jouait du piano debout. C’est peut-être un détail pour vous…. ça veut dire qu’il était libre ! » de France Gall.

C’était fait dans la bonne humeur et l’ouverture. C’était une rebelle créative, elle aimait cela, sans juger du goût des autres et sans que son travail en soit moins efficace, bien au contraire. Elle refusait certains codes positivement.

Fais le point sur les codes qui comptent pour toi. Continue de réfléchir aux codes qui t’ennuient. Comme cette joyeuse copine tu peux choisir, d’une part les codes à garder, et de l’autre ceux à oublier, pour être vraiment toi-même.

Quand les codes perdent leur sens…

J’ai encore une petite histoire pour toi : Un amoureux voit sa dulcinée couper un bout du poulet avant de le cuire. Surpris, il lui demande pourquoi elle fait cela « J’ai toujours fait comme cela, c’est la recette de ma mère ». Après que cette remarque l’ai interpellé, elle va voir sa mère à qui elle pose la question, qui lui répond de la même manière « Je ne sais pas, j’ai toujours vu ta grand-mère faire comme cela ». Une visite chez sa grand-mère lui permet de poser cette question : « Dis mamie, pourquoi faut-il couper le bout du poulet avant de le mettre dans le four ? ». Là, sa grand-mère sourit :

– Ma petite, ce n’est pas la peine

-Mais j’ai toujours vu maman le faire et elle me dit que c’est toi qui le faisais !

– C’est parce qu’à l’époque, j’avais un petit four. Le poulet ne rentrait pas. Ça n’a aucune utilité maintenant !

Cela les a bien fait rire toutes les deux. C’est un bon exemple pour constater qu’on peut parfois transmettre des habitudes qui, si elles pouvaient avoir du sens à une époque, peuvent le perdre aujourd’hui. Des codes qui n’ont pas de sens pour toi, pourquoi les garder ? Vérifie ce point.

As tu vérifier que dans ta liste des codes “à garder” tous les codes sont utiles encore aujourd’hui ? Si ce n’est pas le cas.. oublie les !

Quand les codes séparent…

Les codes et les lois sont là pour te rappeler que même si ton voisin t’agace, tu ne peux pas le tuer. Ils permettent aussi de nous entendre et de vivre ensemble. Ils sont aussi là pour nous empêcher de nous rencontrer.

Un moment épique dans cette guerre des codes est l’arrivée des petits-enfants : il est fréquent que les deux grands-mères aient des habitudes bien différentes sur la manière de s’occuper de ce nouveau né.

Rien que le fameux : les filles en rose et les garçons en bleu ! Prenons le débat : offrir une poupée à un petit garçon. Pour ou contre ? On dit « Fuck » à la belle-mère qui est clairement contre, ou pas ? 🤣

Petit exercice pour dire non à belle-maman :

  • Identifie le code derrière la proposition. Par exemple, ta belle-mère ne veut pas de poupée pour son petit-fils (et oui, c’est son petit-fils aussi). Il est possible que ce soit parce qu’elle ne veut pas qu’il soit homo. Ben oui, ne te voile pas la face. Mais derrière cette peur, il y a surtout un message d’amour et de protection : à une époque, les homosexuels étaient emprisonnés, voire tués, en tout cas rejetés. Son code est lié à son histoire.
  • Demande-toi en quoi ce code te pèse ? Je veux que mon fils se sente libre et qu’il joue avec ce qu’il a envie (ce n’est pas parce qu’un garçon aime les poupées qu’il sera homo, bien sûr !).
  • Que se passe-t-il si tu lâches ton code ? Tu as l’impression que c’est ta belle-mère qui a gagné. Voilà qui est intéressant …. C’est donc une lutte de pouvoir ? Prend du recul, est-ce vraiment utile ?
  • Est-ce que tu nuis à quelqu’un si tu refuses ou acceptes ? Il peut être utile que tu échanges avec ta belle-mère sur ces freins, sur vos manières différentes de voir les choses. N’oublie pas : tu es la maman, c’est toi qui décides. Si tu sens un peu de culpabilité, c’est qu’il y a encore un échange à voir avec quelqu’un, peut être toi. Si tu as accepté qu’il n’ai pas de poupée, ce sont tes codes que tu ne respectes pas. S’il a une poupée, peut être es-tu désolée de blesser un peu ta belle-mère.

Les codes, ça peut être lourd, mais ça peut aussi relier : check ceux qui comptent pour toi et ose dépasser ceux qui te pèsent. Cela dit, accepte que les codes soient liés à une histoire, et que parfois c’est difficile de les lâcher.

Petit mantra du mois  : « je me déleste des codes qui me pèsent avec bienveillance »

T’es-tu déjà arrivée d’être face à ce genre de situation ? Comment as-tu géré ? Dis-nous en commentaire ! 

Partage de l'article !

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Par mail
Hyper épanouie
v 0
0

un commentaire ?

0 Commentaires

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ça pourrait t'intéresser !