fbpx

Végé, sans gluten, sans lactose, vegan, au régime, “sanslégumesverts”… bref, chacun sa préférence, du moment. Si certaines personnes entendent et comprennent, d’autres jugent. Il est alors parfois difficile d’assumer sa différence. Sabrina, consultante nutrition, t’invite aujourd’hui à oser être “Lachieusedeservice” (enfin, et encore) et l’assumer.. même dans ton assiette !

True story in the society 

Une cliente me disait ne pas oser refuser de boire de l’alcool en soirée lorsqu’elle partait en déplacement avec ses collègues masculins parce qu’elle « devait » faire comme eux. Cela lui causait des problèmes de santé mais elle préférait  suivre le mouvement pour ne pas apparaître « différente ».

Ne t’est-il jamais arrivé de ne pas avoir très faim lors d’un repas de boulot mais de ne pas oser commander juste une salade ou une entrée pour éviter les réflexions du style « tiens t’es au régime ? » ou pour éviter d’être jugée ?

 Je suis restée dans des exemples liés au travail, mais on peut trouver pleins d’occasions similaires dans le cadre familial également. Pour être polie, pour ne pas casser l’ambiance, pour éviter les réflexions, parce que c’est plus simple, on se conforme à  la norme, aux règles.  

Je ne suis pas comme tout le monde et je l’assume !

Qu’on cherche à faire comme tout le monde, quand on est ado, c’est normal, cela fait partie de la recherche de son identité, de son envie d’appartenance au groupe. OK. Maintenant tu es majeure et vaccinée 😅 , tu sais qui tu es, tu connais ce qui fait que tu es TOI, ce qui te rend unique. Alors c’est aussi le moment d’ASSUMER ta différence et de la vivre pleinement….et ça peut commencer dans ton assiette !

Tu es végétarienne ou végane et tu es entourée de ‘mangeurs de viande’ ? C’est leur affaire. Tu as le droit de manger ce qui correspond à ton éthique. Si tu vas au resto avec eux, demande juste une salade ou une assiette de légumes s’il n’y a pas d’autres alternatives (maintenant de plus en plus de restaurants offrent des alternatives végétariennes, c’est donc plus facile).

Végé ou végan tu manges ce que tu veux ! 

tweeter

Tu as peur d’être jugée ? Et alors ? Qu’est-ce que tu risques ? Ben rien…Au pire, réponds aux remarques par un trait d’humour, et on passe à autre chose.

C’est pareil dans le cadre du travail. Tu as beau être une femme entourée d’hommes, tu n’as pas à faire comme eux pour te faire accepter. De toute façon tu n’es pas comme eux, c’est un fait (ben oui, tu portes des talons et tu arrives à faire deux choses en même temps. Alors autant l’assumer et agir comme TU le sens.

Crois-moi, tu n’en seras pas moins respectée, au contraire, et en plus tu te sentiras mieux car tu auras agis selon tes convictions, tu te seras respectée.

Je suis différente et à l’écoute de mes besoins

Nous sommes tellement habituées à faire comme tout le monde, que nous en oublions de nous écouter et d’écouter les messages que nous envoi notre corps. C’est pourtant là que réside notre bien-être, tant physique qu’émotionnel. Voici quelques pistes pour commencer à être toi et à agir selon ce qui est bon pour toi, même si cela n’est pas ‘la norme’ :

  • Je mange quand j’ai faim : il est midi, tout le monde part manger mais tu n’as pas faim ? Plusieurs solutions s’offrent à toi : soit tu les accompagnes mais tu choisis de ne manger qu’une petite salade, ou un sandwich que tu mangeras plus tard, soit tu décales ta pause repas. C’est pas grave tu as ramené un super bouquin que tu liras tranquillement en mangeant, dans une heure …
  • Je mange à ma faim : oui, tu as surement été très bien élevée par tes parents qui t’ont répété qu’il fallait finir son assiette pour ne pas gâcher et « parce qu’il y a des milliers d’enfants qui meurent de faim »… Seulement voilà, ce type de comportement fait qu’on finit souvent le repas en ayant trop mangé et les kilos peuvent s’installer petit à petit. La digestion peut être plus difficile également. 

C’est d’autant plus inutile que maintenant il est possible de stocker les restes au frigo pour les terminer le lendemain ou le jour suivant, et que de plus en plus de restaurants proposent des doggy-bags !

Alors à partir d’aujourd’hui, fais-moi plaisir (et fais-toi du bien). Écoute ton corps et arrête de manger lorsque tu n’as plus faim ou que tu commences à ne plus apprécier ce que tu manges.

L’ayurvéda et la médecine traditionnelle chinoise recommandent d’ailleurs de quitter le repas en gardant un peu d’espace vide dans son estomac, donc sans avoir faim mais sans attendre d’être complètement repue non plus. C’est meilleur pour la digestion.

  • Je fais attention à ma consommation d’alcool : qu’elle qu’en soit la raison, c’est un choix qui t’appartient. Oui, tu as le droit de ne pas prendre un apéritif alcoolisé ou de ne pas boire de vin comme tout le monde pendant le repas ! N’ai aucune gêne à demander un verre de jus de fruit ou juste de l’eau. C’est d’ailleurs de plus en plus commun.

Tu auras peut-être des remarques. And so what ? Est-ce que cela va t’empêcher de profiter du moment présent ? Sûrement pas ! Est-ce que cela va te causer du tort ? Non. Tu as agis pour ton bien, alignée avec tes convictions, et rien que ça, ça doit te rendre fière de toi.

  • J’ai une alimentation particulière (végétarienne, sans gluten,…) : super ! Tu as réussi à trouver une alimentation qui te corresponde et qui te permette de te sentir mieux dans ton corps ou d’être plus en phase avec tes convictions. Tu peux en être fière.

Ce n’est pas forcément simple à gérer quand tu es invitée, mais il suffit de prévenir à l’avance., Tu peux proposer des alternatives (histoire que la personne qui te reçois ne galère pas trop sur internet à trouver quoi te faire à manger !) voire proposer d’apporter une partie du repas. Et le tour est joué !

Cela va surprendre peut-être au début, mais cela va vite rentrer dans les habitudes. C’est tellement mieux d’agir ainsi que d’être malade après le repas parce que tu as mangé du gluten alors que tu ne devais pas ou de tirer la tronche pendant tout le dîner parce que tu t’obliges à manger de la viande alors que ça te fend le cœur !

Technique de l’ayurvéda et de la médecine traditionnelle chinoise : quitter le repas avec un peu d’espace vide dans l’estomac, pour une meilleure digestion. 

tweeter

Cet article est un peu différent de ce que j’écris d’habitude mais le sujet m’inspire beaucoup. N’hésite pas à partager ton expérience, surtout si tu te reconnais dans certaines situations mais surtout surtout… ose et assume ton alimentation pour vivre mieux ! Être dans la norme… c’est trop simple !

 J’espère que cet article t’aura parlé. Il est un peu différent de ce que j’écris d’habitude, mais le sujet m’a beaucoup inspirée, surement parce qu’il résonne fortement en moi.

Si tu as des expériences similaires à partager ou des commentaires sur ce que tu viens de lire, laisse-moi un petit mot ci-dessous ☺

Partage de l'article !

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Par mail
Naturellement moi
v 0
0

un commentaire ?

0 Commentaires

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ça pourrait t'intéresser !