À la rédac’, on est sûres et certaines que 98% des femmes ont un rapport un peu chelou avec le sucre… On sait que tu sais qu’on sait ! Et si on essayait d’améliorer notre relation avec cet aliment ? Et pour ça, on peut compter sur Sabrina, experte en nutrition.

Le sucre, est-il vraiment ton meilleur ami ?

Réconfortant, anti-stress, anti-ennui…le sucre est à la fois ton “Ami/Ennemi au fil de la mélodie” ! Que celle qui n’a jamais craquée pour un carré de chocolat, un bonbon ou une viennoiserie après une réunion difficile avec son boss ou après une dispute amoureuse, lève la main… 🙋

Cette relation avec le sucre date souvent de ton enfance. Un réconfort trouvé via la friandise : « Tu as un gros chagrin ? Allez, prend ce petit chocolat et ça ira mieux ». Des années après, ce goût sucré reste, dans ton inconscient, associé à ce sentiment de mieux-être.

Le sucre, ami ou ennemi ? 

tweeter

Quand ton corps te fait croire qu’il est en manque de sucre

Au-delà de l’effet purement émotionnel, le sucre agit aussi directement sur ton cerveau. Comme n’importe quel aliment, il active les récepteurs du goût situés sur la langue. Ceux-ci envoient des signaux au cerveau pour qu’il active le système de récompense. Or le sucre à tendance à « prendre le contrôle de ce système de récompense » et à devenir addictif sur le long terme.

Certaines envies irrépressibles et compulsives de sucre peuvent aussi t’être dictées…par ton intestin ! Oui, oui, tu lis bien : ton intestin te demande du sucre ! En fait, ce n’est pas exactement l’intestin, c’est à l’intérieur de celui-ci. En cas de consommation excessive de sucre ou de stress intense, un champignon au doux nom de Candida Albicans a tendance à se développer plus qu’il ne devrait et à devenir très envahissant.

La principale nourriture du Candida ? Le sucre justement. Quand il n’en a pas assez, il envoie des messages à ton cerveau, qui te fait éprouver des envies irrépressibles de sucre. Le genre d’envie où tu commences par un carré de chocolat et tu t’enfiles 2 tablettes sans pouvoir t’arrêter…. L’effet pervers de ce champignon, c’est qu’il fermente ce sucre (si tu as l’impression que ton ventre se remplit de gaz tel une montgolfière dès que tu manges des produits sucrés, c’est peut-être Candida qui travaille activement) et qu’il libère au passage quelques toxines qui viennent attaquer ton cerveau et ton foie. Bref, c’est une belle saleté !

Ton cerveau et ton intestin mènent un complot avec le sucre ! 

tweeter

Pourquoi se libérer du sucre ?

Les études le prouvent : l’arrêt du sucre apporte rapidement plus d’énergie au quotidien, plus de facilité à se lever le matin et une meilleure résistance à la fatigue en fin de journée. Il semblerait aussi que l’arrêt du sucre ait une incidence sur ton moral, ton humeur (ça c’est ton entourage qui va être content !) et ta capacité à rester concentrée. Ça donne envie de non ?

Autres atouts de l’arrêt du sucre : dire adieu aux candidoses (personnellement, me dire que des champignons prennent le contrôle de mon cerveau, ça me fait un peu flipper,  pas toi ?) et donc à certaines causes de ballonnement ET, cerise sur le gâteau, perdre un peu de poids.

Bref, je ne sais pas toi, mais moi je pense que ça vaut le coût d’essayer de se libérer de l’emprise du sucre.

Libère-toi de l’emprise du sucre ! 

tweeter

7 conseils pour t’aider à dire « bye bye »  au sucre

  1. Eviter les intraveineuses… pour pas nourrir Candida

Une canette de Coca-Cola de 33 cl contient 7 morceaux de sucre (35g). Un jus d’orange 100% pur jus, contient un peu moins de 6 morceaux de sucre (29g) pour une canette de 33cl. On a l’impression d’agir pour sa santé avec un jus de fruit, mais en fait c’est un shoot de sucre qui passe directement dans notre sang puis sur nos hanches/cuisses/fesses. A la place, opte simplement pour de l’eau, voire de la tisane ou du thé à condition qu’ils soient non sucrés. Pour rendre ton eau plus sympa, tu peux y ajouter des rondelles de citron ou de concombre, des feuilles de menthe, de l’eau de fleur d’oranger… D’ailleurs, la rédac’ a rédigé un article super sympa sur les eaux aromatisées.

2. Lire les étiquettes… juste par curiosité

L’industrie agroalimentaire nous gave de sucre depuis notre enfance. On en trouve partout : dans le pain de mie, dans les sauces, dans les soupes, dans la charcuterie…Alors pour ne plus te faire avoir, regarde les listes d’ingrédients pour vérifier qu’il n’y ait pas de sucre, sirop de glucose-fructose ou autre ingrédient sucrant ajouté.

Et si on optait pour une eau aromatisée à la place d’un shoot de sucre ? 

tweeter

3. Fuir les “faux-amis”… ça sert même dans la vraie vie

Quand on dit “sans sucre” ou “alléger”, il y a souvent des édulcorants. Ils activent toujours la zone du goût sucré et ne te permettent pas de te défaire de ces envies de sucre. En plus de ça, les édulcorants viennent perturber ta flore intestinale et augmentent le risque de développer un diabète à moyen terme. Adieu aspartame, acésulfame, sucralose ou stévia.

4. Boire sans modération… de l’eau bien sûr 😉

Quand tu as envie de sauter sur le paquet de bonbons, bois de l’eau. Garde la bouteille à portée de main pour prendre une gorgée d’eau plutôt que d’avaler du sucre. Parfois cela suffit. 

5. Pâtisser comme Mercotte… parait qu’elle aime pas le sucre 😯

Quand tu cuisines, diminue le sucre par rapport à la recette. Déjà en faisant toi-même tes gâteaux et biscuits, tu maîtrises davantage la qualité et la quantité des ingrédients. Mais ce n’est pas pour autant que c’est la panacée. Les recettes contiennent généralement énormément de sucre. Tu peux facilement diminuer par 2 (oui oui, voire même plus !) cette quantité. Au début cela va te surprendre, mais tu verras, on s’y habitue très vite. Tu peux même descendre au-delà en compensant par l’ajout de pépites de chocolat (non sucré) ou de fruits. Idem pour les compotes : pas besoin d’ajouter du sucre, du miel ou autre produit sucrant, le sucre du fruit se suffit à lui-même.

Pâtisser sans sucre ajouté ! 

tweeter

6. Snifer les géraniums de mamie… parce que les plantes sont nos amies 😉

Certaines plantes peuvent t’aider à combattre les pulsions sucrées. Le Gymnema Sylvestris est une plante venue d’Inde qui réduit le plaisir de manger des friandises, en inhibant le goût sucré et en brisant le circuit de la récompense lié à la dopamine. Prendre 1 à 2 gélules, 1h avant le repas. Sinon, les huiles essentielles de cannelle et de clou de girofle (soit prises séparément, soit mélangées à part égale) sont également efficaces. Il suffit d’en mettre quelques gouttes sur un mouchoir ou d’inhaler l’odeur directement au-dessus du flacon lorsque tu as une envie soudaine de grignotage.

7. Se shooter de temps en temps… pour pas craquer

Tu peux bien sûr décider de mettre fin à la tyrannie du sucre en le bannissant tout de suite entièrement. Mais souvent cela se termine par un craquage monumental au bout de 15 jours ou 3 semaines. Alors, pour éviter cela, je m’autorise quelques plaisirs sucrés, que je mange en conscience. Cela veut dire que je prends plaisir et je savoure l’instant de la première bouchée à la dernière, une fois par semaine. Cela peut être un bon muffin pour accompagner un thé entre copines dans ton salon de thé préféré ou encore une pâtisserie après le repas du dimanche.

Encore difficile de passer le cap ? Ou au contraire super easy ? Laisse-moi un commentaire pour partager ton expérience 🙂

Partage de l'article !

  • Facebook
  • Twitter
  • Google +
  • Pinterest
  • Par mail
Naturellement moi
v 4
2

un commentaire ?

4 Commentaires
  1. 12/11/2018 Réponse
    mulkowski

    contre n’importe quelle envie, bois un thé chinois bien connu qui a un goût horrible….toutes tes envies sont tuées dans l’œuf après ça 🙂

    • sabrina marnet-letellier
      12/11/2018 Réponse

      Tu parles du thé Pu-Er peut-être? Effectivement il a un goût assez spécial…personnellement j’adore (mon côté atypique surement!). Mais essaye les huiles essentielles, ce sera surement plus agréable comme expérience 😉

  2. 12/11/2018 Réponse

    Super article pratique!
    conseils sans culpabilisation et sur le ton de l’humour.
    Bravo Sabrina et les pulpeuses

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ça pourrait t'intéresser !