Pour Mathilde, c’est le chocolat (on commence par 1 carré… et on finit par s’enfiler la tablette). Stéphanie est accro au boulot (on veut trop faire bien… alors on s’épuise à travailler trop). Fatou dépense sans compter. Et Sabrina estime qu’elle est trop addict au sport. Alors, comment se fixer des limites ? Réponses avec Christelle Blas, notre consultante en développement personnel.

Tous les poissons de l’océan dans un seul bocal…

Imagine un aquarium boule, avec 20 poissons rouges à l’intérieur. Ils doivent être en souffrance les pauvres ! Enlève maintenant la moitié des poissons. Regarde comme ils respirent un peu mieux. Maintenant, retire en encore la moitié… Puis encore 3, il en reste deux. Regarde-les. Ressens-tu comme ils se sentent mieux ?

Comment se fait-il qu’on ait mis autant de poissons rouges dans un tel espace ! On en a reçu 2, puis un jour un autre, et encore et encore… Et on les a gardés.

C’est peut-être ce qui se passe dans ta tête, et dans ta vie. Tu es peut-être du genre « no limit » ? A ne pas savoir TE dire « non » ? Alors, bienvenue dans le monde du #nolimitnolife. Car au fond, à trop solliciter ton mental et tes émotions, à trop utiliser les fonctions de ton corps, à oublier de se fixer des limites, on perd le contrôle. C’est le début de l’épuisement mental et physique, du manque de confiance, de la dévalorisation.

Se fixer ses propres limites, c’est d’abord prendre conscience que nous nous en demandons trop.

tweeter

Et si se fixer des limites était l’astuce la plus concrète pour être satisfaite de sa vie ?

Aujourd’hui, nous vivons un monde sans pause, sans limite. Un monde où il faut aller toujours plus loin, plus “à fond”, sans même réfléchir parfois. Un puit sans fond où, si l’on n’y prête attention, le risque de la chute et de la noyade est à nos pieds. Et si on prenait des décisions concrètes pour reprendre le contrôle de notre vie ?

Attention, je ne parle pas de s’envoyer des injonctions telles que  « il faut », ou « tu ne dois pas ». Je parle d’un recentrage sur l’essentiel. L’idée n’est pas non plus de devenir moine bouddhiste (très noble ambition), mais de se faire confiance. Derrière cette démarche, je t’invite à oser te retrouver et avoir confiance en toi.

Se fixer des limites ce n’est pas vivre dans le contrôle permanent de soi, mais plus reprendre le contrôle de sa vie.

tweeter

4 expériences à vivre pour apprendre à se fixer des limites

Expérimente avec ton dressing : Commence par te demander (avec honnêteté et sans jugement) “ai-je vraiment besoin de 25 hauts et 15 pantalons ?”. Ose enlever de ton dressing ce que tu n’as pas mis depuis 2 ans. Et la prochaine fois que tu achètes un vêtement, donne-en un. Chaque vêtement sera d’autant plus précieux à tes yeux.

Expérimente dans ton espace de vie : Regarde autour de toi, prend un objet. Que te dit-il ? A-t-il un sens ? Si c’est le cas, garde-le.  Sinon, met le dans un carton et vois s’il te manque ce prochain mois. En aérant ton espace, ton esprit va ressentir le calme. Tu peux faire l’expérience à la maison ou au travail.

Expérimente avec ton smartphone :  Fixe des plages sans accès aux réseaux. Tu vas te reconnecter avec la personne la plus importante de ta vie : toi. Commence doucement avec quelques minutes par jour, matin, midi et soir. Et rallonge ces temps de #digitalrehab au fur et à mesure des semaines. Vis ces expérience sans média allumé, juste le silence, tout le moins le bruit qui t’entoure. Si tu as une phase difficile, presque de malaise, surtout, persévère. Cela confirme qu’il est grand temps que tu te retrouves. Tu as plein de choses à te dire, écoute-toi. Ecoute ta véritable valeur personnelle et ne comble pas tes doutes, les silences ou l’ennui par des artifices.

Expérimente avec la nourriture : Ouille, ça va être dure (et oui, je t’entends). Fais toi confiance ! Envie de chocolat ? Ok. Avant de sortir la tablette, pense au bien que cela va te faire au niveau des 5 sens : ce que tu vas voir, le bruit du papier, l’odeur (hum), le toucher et …. la sensation dans la bouche. Penses-y avant et penses-y pendant la dégustation. Prend le temps, c’est le secret pour se fixer des limites au niveau de la nourriture. Prend le temps et utilise tous tes sens. Pour t’aider : limite la quantité chez toi, et félicite-toi pour chaque victoire !

Se fixer des limites c’est surtout prendre le temps de peser nos décisions

tweeter

Vérifier si nos désirs ont du sens et si nos besoins premiers sont respectés

Nous avons peur du silence en nous et autour de nous. Nous avons peur également de l’ennui, parce que tout autour de nous va si vite. Parce que l’ennui, dans cette société volatile, représente la fainéantise, la paresse ou l’échec. Alors que, se fixer des limites dans la vie, c’est choisir ce qui est vraiment important. Pour entamer cet exercice, je t’invite à te demander :

  • Ai-je vraiment besoin de cela ?
  • Que se passerait-il si je ne le faisais pas ?

Tu peux te poser la question pour le temps passer sur les réseaux, pour ce que tu manges et bois, pour le nombre de vêtements que tu as dans ton dressing, pour le temps que tu passes devant la télé, le temps que tu passes à faire du sport (si tu penses en faire trop), le temps que tu passes à travailler, etc.

Se fixer des limites dans la vie, c’est choisir ce qui est vraiment important pour soi

tweeter

Conclusion : se fixer des limites, c’est faire avec ce que l’on est

En se fixant des limites, on se libère de l’espace mental et physique. On découvre une sensation de renouveau. On apprend aussi à faire des choix, à développer une attention plus sensible à l’essentiel. On atteint une zone de rencontre avec nous-même plus profonde.

Faire avec ce qu’on est, est peut-être l’expérience la plus forte pour se découvrir, lâcher des peurs qui nous tiennent. Voire faire disparaître nombreuses de nos insatisfactions.

En se fixant des limites, on agrandit notre espace de liberté et on découvre le contentement, la joie d’être soi. Alors, si tu veux découvrir cette joie, vérifie si tous les poissons rouges dans ta tête et dans ta vie sont indispensables. Voici un petit mantra qui peut t’accompagner ce mois :

« Aujourd’hui je suis satisfaite de ce que j’ai, car j’ai confiance en moi »

Partage de l'article !

  • Facebook
  • Twitter
  • Google +
  • Pinterest
  • Par mail
Hyper épanouie
v 0
3

un commentaire ?

0 Commentaires

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ça pourrait t'intéresser !