L’interview Inspirante : Elle parcourt le monde avec sa caméra pour mieux comprendre le bonheur collectif


Jeune femme curieuse et aventurière, Mélanie Gilmant s’est lancée dans une aventure aussi crazy qu’inspirante ! Elle a décidé de réaliser un documentaire qui s’interroge sur le bonheur collectif en France. Aujourd’hui, Mélanie à besoin de nous pour continuer à financer cet ambitieux projet. Interview de cette amoureuse des gens…
Les Pulpeuses Magazine : Comment devient-on réalisatrice de documentaire sur un sujet aussi spécifique que le bonheur ?

Mélanie Gilmant : “Je ne suis pas réalisatrice de documentaires à la base 😇 Ce projet part d’une réflexion personnelle sur le sujet du bien-être. Sur le mien d’abord, avec toutes sortes de questions comme : « Qu’est-ce qui me rend heureuse ? », « Quel sens donner à ma vie ? », « Comment trouver un travail dans lequel je m’épanouisse ? », « Aborde-t-on seulement la question de l’épanouissement à un moment dans nos vies ? ». C’est à travers diverses lectures que j’ai réalisé ce que j’aimais vraiment, comment être plus moi-même et comment mieux vivre avec les autres. Je me suis demandée pourquoi j’avais découvert cela si tard ? N’est-ce pas l’une des fonctions de l’école que de développer les compétences humaines et sociales des enfants ? Pourquoi ne pas les aider à connaître leurs forces, à développer leurs compétences en accord avec leurs passions, en les préparant à devenir des adultes qui soient des trésors pour la société ? »

Les Pulpeuses Magazine : Est-ce qu’il existe des études sur le sujet ? 

Mélanie Gilmant : « Oui tout à fait ! Je me suis penchée sur les recherches scientifiques sur le bonheur et ai suivi un cours délivré par l’université de Berkeley : « The Science of Happiness ». Mes questionnements se sont ensuite élargis à l’environnement dans lequel nous grandissons. Y a-t-il un lien entre la culture, les valeurs diffusées dans une société et le bien-être de ses habitants ? J’ai ainsi parcouru les rapports, livres et articles sur le sujet du bien-être des nations. J’ai constaté le surprenant classement de l’Hexagone dans les rapports mondiaux sur le bonheur… Mais aussi cette étiquette de « pessimiste » qui colle à la peau des français comme un véritable trait de caractère.”

Les Pulpeuses Magazine : Quel pays as-tu investigué en premier ? 

Mélanie Gilmant : En 2014, je suis partie habiter à Montréal. Vivre ailleurs, autrement et coupée du système qui m’a façonnée, m’a permis d’en analyser les mécanismes et d’en observer les failles. Le Canada faisant partie des pays les mieux classés, j’ai décidé de commencer l’aventure là-bas. Mes lectures ont amené des questionnements puis des rencontres et interviews. Très vite, j’ai voulu me rendre dans plusieurs de ces pays « heureux » pour mieux comprendre. J’ai pris la route pour découvrir ces autres façons de faire et filmer tout cela pour garder une trace et partager mon périple avec ceux que cela pourrait intéresser. L’idée du film était née. ”

LPM : Tu aurais pû t’engager autrement. Pourquoi réaliser un documentaire ?

ML : « L’objectif du film est de sensibiliser le plus grand nombre à l’importance du bien-être dans toutes les sphères de la société. L’envisager comme un enjeu de politiques publiques, comme un axe de développement de nos communautés. Nous voulons inviter les gens à réfléchir au sens que l’on donne au système éducatif et au rôle crucial qu’il joue dans notre bien-être collectif et la création des adultes citoyens de demain. Le documentaire vise enfin à donner envie de passer à l’action, chacun à son échelle, pour opérer ensemble un changement de société qui remettrait le lien social et l’humain au cœur de tout. »

LPM : Aujourd’hui, tu en es où dans le projet ?

ML : « Le tournage a commencé à l’été 2016 au Canada. Il se poursuit en France depuis plus d’un an et se terminera à travers plusieurs pays au printemps 2018 (Pays-Bas, Danemark, Suède et Finlande). J’ai interviewé plus de 30 personnes telles que John Helliwell, Muhammad Yunus, Sophie Rabhi, Idriss Aberkane, Catherine Gueguen, Jean-Paul Delevoye ou encore Isabelle Peloux. Dans le cadre du financement de cet ambitieux projet, une campagne de crowdfunding a été lancée mi-janvier sur Ulule et se termine le 28 février 2018. Une belle façon de montrer que la solidarité du collectif favorise la création de projets citoyens. »

Si comme nous, tu as envie de soutenir Mélanie, rdv ici 👇

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s