#BlackBeauty : mon retour aux cheveux naturels


Dans son nouveau témoignage, notre fidèle lectrice Zand’el a choisi d’aborder sa relation à ses cheveux. Cette black Beauty nous explique comment elle a arrêté les défrisages et autres modifications de son cheveu pour retourner au naturel… 
Tout d’abord, je remercie l’équipe du magazine  d’avoir choisi ce type de sujet sur un concept comme le vôtre aussi diversifié et non communautaire.

Le retour au naturel a été pour moi une décision prise sur un coup de gueule et non un choix que j’ai eu le temps du mûrir. Je suis arrivée à un tel ras le bol, par rapport à l’aspect financier dans un premier temps, qui a été l’élément déclencheur. Puis, par la suite l’aspect de santé.

Photo : Aricka Lewis

En effet, les produits capillaires vendues en grandes surfaces ou ailleurs pour défriser les cheveux possèdent des composants très néfastes. Ils sont vendus une fortune car, d’après les statistiques, les femmes noires et métissées sont les plus grandes consommatrices de produits capillaire, après vient la cosmétique. J’en avais marre d’investir autant d’argent dans des défrisants et autres produits. Surtout, lorsque tu achètes ces produits tu n’as bien évidemment aucun conseil des vendeurs et même pas le sourire quand tu passes en caisse. Surtout, dans les magasins ethniques et certains produits sont périmés.

Photo : Brian Fraser

Alors, j’ai pris la décision d’apprendre à connaître mon cheveu. Et puis, la découverte du système  » Nappy  » m’a beaucoup aidé. Nappy est une fusion des mots  » Natural  » et « Happy ». Le système Nappy m’a beaucoup encouragé dans cette démarche. Le retour au naturel est arrivé en France très tard, alors qu’aux USA cela est connu depuis un moment.  Tout comme le port de vêtement ethnique, on a encore des choses à apprendre dans l’Hexagone.

Photo : Marcos Amaral

Les réseaux sociaux et notamment les vidéos sur YOU TUBE ont été vraiment une bible pour moi. Avoir des conseils sans avoir à forcément se déplacer en salon de coiffure ou dans un évènement spécialisé pour cela, notamment de là où je vis. En effet, vivant en province l’accès à certains salons de coiffures ou showroom est beaucoup moins accessible. Je tiens à citer des bloggeuses et youtubeuses françaises car elles ne sont pas assez mises en avant, on vise toujours le côté anglo saxon donc soutenons aussi le Made in France tels que Brownskin, Curlidole, Clarisse Libene, Blackbeauty bag et j’en passe encore….

J’ai même appris à faire des produits capillaires maison sans que cela me prenne du temps comme une vrai recette de cuisine. Et le must, je m’occupe de mes cheveux sans voir cela comme une contrainte. Chaque semaine, je fais le rituel de mes soins que j’ai baptisé cela le  » TFM  » : Time For Me.

Oui on est tellement entrain de courir partout. Courir après quoi ? Après qui ???? On ne sait pas souvent. Chaque dimanche, en musique ou devant une bonne série, je m’occupe de mes cheveux et j’ai des amis qui souvent mettent le copain ou le mari à contribution, ce qui permet d’avoir un moment de complicité. Bon là je parle des choses positives et de la raison de cette découverte, mais passons au point moins agréable.

Lors de ma décision de passer au naturel, voici les remarques auxquelles j’ai eu droit :

 » Tu es en dépression ? Il faut arranger ta coiffure ça fait négligé. Tu es fâchée avec le peigne ? Mon dieu qu’est ce que t’as fais as tes cheveux ? Tu as coupé tes cheveux ? Tu as pris combien de temps pour faire ça ? Ce sont tes vrais cheveux ? Etc… ».

Ces remarques sont de manières générales des personnes de peaux noires, comme de personnes de peaux blanches.

Photo : Henri Meilhac

Je ne trouve pas cela normal qu’on puisse encore à cette époque de la mondialisation poser ce genre de question ou faire ce genre de remarques. J’ai eu aussi droit à :
« Tu veux revendiquer tes origines ? » Et c’est là que je réponds « non chérie, je veux juste changer de coiffure, comme toi tu changes de voiture ou de tenue vestimentaire ».
Les remarques de personnes de peaux blanches sont tolérables à un certain niveau, je dis bien à un certains niveau, car pour moi c’est ce que j’appelle du « racisme inconscient ». Mais le choque a été plus vers la communauté noire notamment, pour certaines qui se reconnaîtront dans mon témoignage, la famille. Car c’est là qu’on reçoit toutes les pires remarques.

Photo : Eye for Ebony

Petit cours d’histoire ou de société, nous sommes habitués à une image et lorsqu’on nous met en face d’une autre image, d’une autre identité, notre regard change de manière négative ou peut être positif. Cela nous change donc n’étant pas habitué à cette image, on l’a rejette ou on en fait quelque chose de bien, du moins on essaie.
C’est ainsi que la femme noire a été dénigrée pendant des années et encore aujourd’hui. En effet, peu de magazines surtout français mettent en avant la femme noire ou métissée avec des cheveux naturels. Si la femme noire est mise en avant dans un magazine français et j’insiste sur le mot « français » car dans d’autres pays d’Europe c’est différent. Il faut qu’elle est les cheveux longs et lisses.

Photo : Tamarcus Brown

Au temps de l’esclavage, c’était pareil ces femmes brossaient des cheveux blonds, longs et lisses et à force cela a créer un mal-être et un manque total de confiance en soi car beaucoup de femmes noires tueraient pour avoir des cheveux lisses comme des femmes de peaux blanches.
 –
Elles informent déjà à leurs filles de 3 ans qu’il faut défriser le cheveux avant chaque coiffure, qu’il faut se coiffer tous le temps, qu’avec ces cheveux elles ne trouveront pas de maris. Les hommes noires s’y mettent aussi aux remarques et d’autres d’ailleurs vont avec des personnes de peaux blanches car ils ont « peur pour leurs portes monnaie ». Ils disent qu’une femme noire coûte trop cher ou que leurs cheveux ne sont pas beaux. Pour eux il faut qu’elle se coiffe avec des cheveux lisses, donc non naturel.
Attention, je ne dis pas qu’il faut revenir au naturel, de manière permanente, mais surtout apprendre et comprendre nos cheveux c’est important. Aujourd’hui, je laisse souvent mes cheveux au naturel et quand j’ai envie de changer je fais des rajouts, des crochets braids ou des extensions tout en sachant comment les appliquer, sans que cela abime mes cheveux et en prenant toujours soins de mes cheveux.
 –
J’ai mis 5 ans avant que mon chéri voit ma vraie texture de cheveu. Car j’ai été disons « endoctrinée » à avoir l’ensemble de ces pensées citées dans ce témoignage que moi même j’y croyais à force et je ne m’appréciais pas. Il y a des fois je ne te le cache pas j’en ai marre de faire des soins, tout comme j’en aurai marre de manger la même chose. Cela arrive à tous le monde et je me dis que ça fait partie de la vie.

Photo : Caique Silva

J’ai eu droit aussi à des remarques du style « moi j’aime pas », je leur réponds « cela me plait et c’est l’essentiel ». Il m’arrive même des fois de donner des conseils d’entretien à des personnes de l’âge de ma mère, car en effet on leur a tellement mis dans la tête que le cheveu crépu est difficile à traiter que c’est un cheveu « pas beau du tout ». Je réponds à cela « tout dépend les valeurs que vous donnez à vos enfants ». Si vous leur apprenez la haine, ils grandiront avec la haine et si vous leur apprenez le respect ils grandiront avec le respect.
 –
Cela fait maintenant 4 ans que je suis au naturel et c’est un plaisir. Je fais du sport, l’été je vais à la mer. Je dis cela car beaucoup de filles se privent de certains plaisirs de la vie par peur de la casse de leurs cheveux. J’ai appris également la patience et surtout une confiance en moi doublée d’une sérénité sur mon retour au naturel que je ne regrette pas du tout.
 –
Aujourd’hui, je discute de mon entretien capillaire avec des autres femmes dans les 4 coins du monde et on se file des recettes capillaires sympas via les réseaux sociaux et cela ça c’est du bon !
Tu as envie de témoigner sur un sujet en particulier ? De donner ton avis ? De raconter ton histoire ? Envoie-nous ta prose à contact@lespulpeuses.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s