Le photographe professionnel n’est pas un photomaton sur pattes (ou pourquoi les photographes professionnels “coûtent chers”)


Crédit : Sophie Martz

Grâce aux smartphones et autres appareils-photos numérique, la photographie s’est démocratisée. Aujourd’hui, on peut s’improviser photographe et imprimer ses photos pour moins de 0,40€ la photo ! Alors pourquoi payer un photographe professionnel ? Comment un photographe fixe-t-il ses tarifs ? Pourquoi cela nous semble hyper cher ? Voici quelques éléments de réponse de Sophie Martz, notre photographe professionnelle attitrée.

“ Disons que je suis chère pour un portefeuille qui n’a aucune idée du coût du matos ni du temps de travail qu’il faut pour tout traiter

Parfois j’entends :“tu coûtes cher!”, ou “c’est un prix élevé”, ou encore “il te faut tant de temps pour sortir les photos ?!”. Ma réponse est simple: OUI. Disons que je suis chère, pour un portefeuille qui n’a aucune idée du coût du matos, ni du temps de travail qu’il faut pour tout traiter.

Crédit : Sophie Martz

Avant, avant l’air du numérique (avant-hier quoi), on (le non-photographe) se disait : “elle coûte tant, mais c’est normal. En plus du temps à faire les photos, il faut que mon photographe achète les pellicules, le papier et la chimie pour faire les tirages, les consommables et faut payer ses compétences !”. Aujourd’hui, les gens perçoivent moins les compétences nécessaires, ni le matériel de professionnel dans lequel nous (professionnels) devons investir pour proposer des photos qui reflètent l’ambiance d’un événement par exemple. La notion de temps a aussi complètement disparu du paysage.

Beaucoup se disent : “avec le matos que tu as, tu branches l’appareil à ton ordi et c’est bon, tu as les photos !”. Oui, dit comme ça, sortir les photos de mon appareil ne “coûte” pas très cher. Un ordi, un cable et HOP ! : les photos sont dans la boîte, passées de l’outil à l’ordi. Avant-hier, comme aujourd’hui, le coût d’une prise de vues photos vient de plusieurs éléments immatériels et matériels.

Crédit : Sophie Martz

Avec du bon matos, on fait de bonnes photos

Et donc… il faut investir dans du “bon” matériel pour que les photos soient belles. Or, un matériel de qualité a un certain coût. Sais-tu que le moins cher des appareils photo professionnels coûte dans les 2 000 €, sans aucun objectif ? Il faut aussi compter les éléments immatériels. J’entends par là : les compétences, le temps passé à prendre les photos et beaucoup moins visible, le temps passé à les traiter.

Effectivement, les photos que je fais sont belles car le matériel et les compétences sont “beaux”. Il semblerait que l’oeil du photographe ne soit pas donné à tout le monde. Et, oui, j’ai du matériel de qualité pour faire de beaux portraits au naturel. Oui en 20 minutes, je peux faire de beaux clichés pleins d’émotions, car j’aurai su te détendre et te guider pour te mettre en valeur.

Crédit : Sophie Martz

Tu choisis ton photographe pour ce qu’il va révéler de toi ou de ton événement

Ce n’est pas tout de transférer les photos sur l’ordinateur. Mon travail consiste également à jouer le rôle de laboratoire photo. Même si le laboratoire chimique pour les pellicules n’existe presque plus, un travail de traitement des photos est nécessaire. Je ne considère pas mon travail comme terminé à la fin d’une séance photo avec mon client. La remise des photos n’est pas instantanée en sortant de la séance.

Ma façon de photographier est tellement naturelle et intuitive que je me dois de vérifier mon travail avant de te proposer des clichés. J’aime me remémorer ce moment privilégié passé, où je suis la témoin de ces instants importants pour mon client. Ces souvenirs qui seront partagés ensuite avec ses proches. Alors, je me dois de remettre des clichés à l’image de mes modèles du jour. Cela peut prendre quelques minutes pour 5 photos, plus pour une séance d’une heure.

Par exemple, je photographie souvent en soirée avec ma “patte” au naturel, le plus discrètement possible. Dans cette soirée, je déclenche mon appareil environ 600 fois en 3 heures ! Imagine le nombre de photos à traiter…

Crédit : Sophie Martz

Temps et matériel : les éléments qui justifient le prix

Tu te souviens que les pellicules étaient limitées à 24 ou 36 photos (ou “poses” pour les puristes). Sais-tu combien de photos étaient sélectionnées ? Si toutes les conditions étaient réunies, toutes les prises étaient gardées. Mais dans mon exemple de soirée, pas toutes ! A la louche, je pense que 10 photos sortaient par pellicule. Aujourd’hui, mon travail en numérique est à peu près le même, il consiste à choisir les meilleures photos pour mon client. Et pour en sortir les 100 meilleures avec le traitement idéal, je travaille encore environ 3 heures sur les clichés !

Au final, pour arriver à une prestation “chère” ou un “prix élevé”, voici ce que je dois prendre en compte :

  • mon déplacement jusqu’au lieu de shooting (je n’ai pas de studio par goût, j’aime le naturel, le spontané).
  • le temps passé avec toi, modèle du jour. Je suis là pour te photographier, ou photographier ton événement.
  • l’utilisation de mon appareil et de tout ce qui va avec (eh oui!!! c’est comme une voiture, le matériel photo s’entretient et s’use. Même topo, au bout d’un moment il se fait vieux, il faut en changer ou le réparer).
  • le temps de faire le tri des photos pour n’en garder que les plus cohérentes
  • le temps à développer les clichés pour en sortir ceux qui te ressemblent et ceux qui semblent les plus adéquats pour la commande que tu as passé auprès de moi.
  • … Je suis sûre que j’ai oublié quelques trucs…

Crédit : Sophie Martz

Le photographe professionnel n’est pas un photomaton sur pattes

J’aime mon travail pour la prise de vue et le traitement qui va avec. Alors pour tout cela, je demande (comme mes confrères) une certaine somme pour chacun de mes travaux. Tout dépend de ce que mon modèle recherche. Je ne suis pas la machine à photomaton de la mairie. Aujourd’hui, le coût d’une séance photo n’est plus “seulement” liée au prix du matériel photo utilisé, au temps passé sur le terrain ajoutés aux coûts de développement. Aujourd’hui, il faut que le matériel soit à la hauteur des attentes du client, que l’ordinateur suive les évolutions technologiques ajoutés au temps passé sur le terrain et le temps de traitement des photos. Donc, mon travail coûte un certain prix, parce qu’il faut prendre en compte tous ces éléments ainsi que mon oeil de professionnelle qui saura tirer le meilleur parti d’une séance photo.

Sophie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s