Aider les femmes à se sentir bien dans leur corps tout entier, c’est l’une des missions que nous nous sommes confiées. C’est pour cela que nous tenons à te parler d’une auteure Lilloise talentueuse, qui place la femme au centre de ses écrits. Odette Plume, auteure et artiste lilloise, vient d’être publiée dans un recueil collectif qui rassemble 50 voix de femmes, qui témoignent de la façon dont elles deviennent simplement… elles-mêmes ! Incarnées, fières de leur corps tel qu’il est, reliées à leur instinct. Interview.

Odette, parle-nous un peu de ce livre… C’est un titre qui intrigue ! « Ma femme sauvage », qu’est-ce que cela signifie ?

La « femme sauvage », c’est une expression que l’on rattache aussitôt à Clarissa Pinkola Estés, l’auteure de Femmes qui courent avec les loups, connu dans le monde entier. Associée à l’image de la louve, la femme sauvage représente l’authenticité, la nature réelle de la femme, sous les fards, les masques, les couches revêtues pour convenir aux attentes de la société ou pour obéir à notre éducation…

La femme sauvage est ce vivant, ce feu, ce naturel, cet instinct, cette force, qui nous amène à sortir des prisons dorées. Qui nous permet de choisir notre propre chemin, parce qu’il nous paraît juste, évident, parce que c’est ce qui vibre en nous. Même s’il ne convient pas à « la norme », ou aux attentes de notre entourage. Même si une pluie de jugements va sûrement tomber, on s’en doute bien, on le pressent déjà. Mais la femme sauvage hurle au clair de lune au fond de nous, comme une certitude que si l’on ne fait pas ce premier pas vers le nouveau chemin (notre chemin, celui qui nous vient de l’intérieur), on sera brisée, on va s’effondrer pour de bon…

Burn out… Dépression… Et s’ils étaient le signal merveilleux des retrouvailles avec « nous-m’aime » ? La femme sauvage hurle, gratte, brûle au fond de ta gorge, pour ne pas te laisser tomber, pour te donner la main, pour déposer entre tes mains le précieux trésor qu’est ton existence…

Wow… Ce livre doit parler à de nombreuses femmes !

Absolument ! Et à des hommes aussi ! Ils y puisent un autre éclairage que celui des médias et des « ça va de soi » pour comprendre ce que peuvent ressentir les femmes. Ou alors, ils entendent à travers nos voix, la voix de leur homme sauvage, de leur nature véritable.

Rencontre avec ma femme sauvage s’adresse à toutes les personnes qui ont déjà souffert de ne pas se sentir à leur place, de se sentir oppressé, opprimé, perdu… Qui n’ont pas confiance en leurs possibles, qui se dévalorisent, qui ne voient pas la merveille qui sommeille en eux…

En un mois et demi, la page FB du livre a obtenu plus de 1000 like. La première édition du recueil est déjà épuisée ! L’éditrice est en train de préparer la deuxième. 

La tribu des Plumes Sauvages

Derrière le recueil "Rencontre avec ma femme sauvage", 50 femmes auteurs et toute une tribu !Découvrez la tribu des Plumes Sauvages qui puisent à l'encre de leur coeur, à l'encre de leur âme …#RencontreavecmafemmesauvageEn vente sur la boutique http://laplumesauvage.com/boutique/ Contact: laplume_sauvage@orange.fr Livre, 344 p, 21 euros + frais de port.La Plume Sauvage Editions : en savoir plus : http://po.st/laplumesauvage.

Publiée par Rencontre avec ma femme sauvage sur dimanche 16 avril 2017

Et qu’est-ce qui s’est passé pour que tu fasses partie de ce recueil ?

Depuis quelques mois, je cherchais des maisons d’édition pour leur envoyer mes ouvrages. J’ai écrit un roman (après mon burn-out/dépression d’ailleurs… Ma femme sauvage est d’abord passée par l’encre et le papier !), qui s’appelle Je regarde la mer, ainsi que Résonances amères, un recueil de poèmes en collaboration avec mon amie Essica, dessinatrice.

J’ai entendu parler d’une maison d’édition qui se lançait, « La Plume sauvage Editions ». Mon nom de plume a été attiré par le nom de cette maison, forcément ! Après lecture, Laurence Konieczny, l’éditrice, m’a contactée pour me dire qu’elle adorait mon écriture et la profondeur du propos, mais que pour le moment elle faisait le choix de se dédier à l’édition d’un recueil collectif, pour lequel elle m’a invitée à écrire quelque chose. Environ 150 femmes ont répondu à l’appel à textes, et elle en a choisi 50.

Il y aura d’autres appels à textes. Bientôt, le prochain sortira. Tout le monde peut y répondre. Toi aussi. Ce n’est pas dédié aux écrivains, c’est ouvert à chacun. L’intention première de l’éditrice est justement ceci, ouvrir une porte pour laisser libre cours à l’expression, à la parole des femmes. La tienne. La vôtre. Les nôtres. 

Et ta nouvelle, à toi, elle parle de quoi ?

Euh… De ma rencontre avec ma femme sauvage ! Voici deux ou trois passages. Le titre c’est, « Un arbre à la mer »…

« Où suis-je ? Un jour, un matin comme les autres qui se réveillait sur le chemin vers ma trentaine, le système a cramé. Burn-out, a écrit le docteur dans la petite case « éléments d’ordre médical » de l’arrêt de travail. (…) Brûlée d’aridité de ma terre-mère. Forêt intérieure dévastée par la productivité attendue.

(…) Cette première rencontre furtive avec ma femme sauvage a laissé une empreinte si profonde sur le chemin qu’il m’est désormais impossible de chercher à le rebrousser. Chaque jour, chaque seconde, est une offrande à sa présence habitée.

(…) Ni mes fesses ni mon âme ne se sentent le devoir d’être policées et soumises. » – Odette Plume

Infos pratiques 

Tu peux te procurer le livre sur la boutique en ligne de l’éditeur (21 euros + frais de port). Il est aussi disponible auprès d’un dépôt-vente (les auteures du livre).

 

Partage de l'article !

  • Facebook
  • Twitter
  • Google +
  • Pinterest
  • Par mail
Pulpeuses Stories
v 1
1
Les Pulpeuses
Les Pulpeuses Le 1er magazine en ligne 100% DYNAMIQUE et PIQUANT qui favorise “pour de vrai” l’épanouissement au féminin !

un commentaire ?

1 Commentaire
  1. 03/01/2018 Réponse

    Wow, ce livre a l’air tellement inspirant!! Déjà, j’avais adoré celui de Clarissa Pinkola Estés « Femmes qui courent avec les loups », dont on retrouve la référence dans le titre, mais là, ça me touche particulièrement! Merci pour ce partage!! (ps : j’ai aussi évoqué cette thématique sur mon dernier billet, peut-être pourrions-nous échanger à ce propos? ce serait génial!) Belle continuation !

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ça pourrait t'intéresser !