Le film du mois est attribué à…Florence Foster Jenkins !


Le film du mois est attribué à...Florence Foster Jenkins !Stephen Frears propose son portrait de la plus célèbre des mauvaises cantatrices. Laure, notre critique cinéma, te donne son avis sur ce biopic jubilatoire et surprenant…

laure lecompte cinema« Toi qui profites de l’été, je te propose un petit rendez vous ciné, histoire de parfaire ton emploi du temps « farniente ». Aussi rafraichissant d’un diabolo en terrasse, aussi « anti-stress » qu’une séance de yoga et aussi coloré que les robes en vitrine cet été : Florence Foster Jenkins! » – Laure

Une histoire vraie rocambolesque

Derrière ce nom un peu long et pas très sympa niveau l’articulation, se cache une véritable cantatrice new yorkaise des années 40. Le seul “hic “ de sa carrière, est qu’elle ne savait pas chanter ! Mais Florence était si adorable, généreuse et influente que personne n’eut le coeur à lui dire… Et surtout pas son second époux, trop soucieux qu’une contrariété puisse nuire à la santé fragile de Florence. Il n’hésite donc pas à arroser amis, spectateurs et critiques de presse pour maintenir le rêve de sa belle. Un biopic clinquant et savoureux qui n’est pas sans rappeler son homologue français “Marguerite” avec Madame Catherine Frot.

Un casting quatre étoiles
Photo Nick Wall.NEF

Photo Nick Wall.NEF

1ére étoile de ce film, Stephen Frears le réalisateur à la longue carrière étoilée. On peut ne pas raffoler de tous ses films, mais il faut reconnaître qu’on ne passe jamais un mauvais moment devant l’un d’eux. Pour n’en citer que quelques uns: Les liaisons dangeureuses, Philomena, The Queen, High Fidelity (un de mes préférés! )….

2éme étoile pour Simon Helberg. Si tu n’as pas un petit côté geek comme moi, ce nom ne te diras probablement rien. Mais si tu regardes la (légendaire) sitcom The BIG BANG Theory, le personnage de l’ingénieur Howard Wolowitz te mettra sur la voie. Un jeune acteur au physique atypique, mais au talent comique indéniable que j’avais hâte de voir dans un autre univers.

FlorenceFosterJenkins6La 3éme étoile du film, Sir Hugh Grant is back! Délaissant le bad boy qu’il incarnait dans Bridget Jones, ou les rôles d’amants romantiques et maladroits. Hugh tout grisonnant, prend les traits du mari “poule” de Florence. Très touchant de dévotion envers sa femme, le personnage de St Clair, est comique de sobriété totalement opposé à son épouse chérie.

4éme étoile : Meryl Streep of course. Elle prouve encore une fois, s’il en était besoin, qu’elle peut tout jouer. Le rôle de Florence ne pouvait décemment être confié à une autre. Ce côté aristocrate excentrique et attachante à souhait, lui va comme un gant. Ce que j’adore surtout chez la grande Meryl, c’est son authenticité. Une des rares lady d’Hollywood à refuser la chirurgie esthétique et sa capacité à ne pas se prendre au sérieux. Meryl qui chante comme une alarme mal réglée, alors que l’on connait son talent de chanteuse dans plusieurs de ses films.

Une mise en scène théâtraleFlorenceFosterJenkinsStillGRoot

Oui, littéralement ! Par plusieurs aspects, le film fait penser à une pièce de théâtre. La séquence de Florence chez St-Clair, fait référence aux grands codes du Vaudeville (la maîtresse dans le placard, les quiproquos et les mensonges, la sortie précipitée d’un personnage derrière le dos d’un autre, le jeu des acteurs…).

Les séquences de Florence sur les planches sont géniales d’amateurisme assumé (les cheveux dépassants de la perruque, la mise en scène lourde, le jeu outrancier des comédiens…) et d’excès clinquants avec les costumes de Meryl, kitsch à souhait, à l’image de madame Florence.

En résumé…FlorenceFosterJenkins4

Le film tout entier semble être un reflet de ce personnage et de son petit monde fait de rires, de mondanités et de musique. J’ai apprécié par ailleurs, que malgré l’état de santé grave du personnage le film n’ai pas cherché à être tire larme ou excessivement mélo, c’est rafraîchissant.

Même s’il ne déborde pas de surprises scénaristiques (en même temps c’est le cas de beaucoup de biopics), il assume ce qu’il est, une histoire fantasque et amusante.

Comme les performances de Florence à l’époque, malgré elle, le film à pour vocation de donner le sourire. On ne sort pas de la salle plus instruite (quoi que…tout peut être bon à prendre) ou avec des questions philosophiques pleins la tête. On a simplement passé un bon moment, et rien que ça, ça fait du bien.



Pour en savoir plus sur Laure

laure lecompte cinemaAvec son oeil de faucon et sa plume acerbe, cette critique ciné donne son avis sur les dernières sorties ciné. Découvre sa bio.

Relis ses chroniques #LaureAuCine

There are 2 comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s