Back to the 70’s avec « The Nice Guys »


the-nice-guysElle aime les films plus que les réalisateurs ou les acteurs eux-mêmes, elle arpente les couloirs des cinémas à la recherche de la petite pépite, elle déniche toujours les films à succès, et elle nous évite de payer 11€ pour des daubes…. C’est notre critique ciné Laure qui revient avec son coup de coeur de mai !

 

laure lecompte cinema« The Nice Guys, c’est mon gros coup de coeur pour ce mois de mai, haut en couleur et sur-vitaminé c’est le remède assuré contre la grisaille. Si, après avoir lu ma critique, tu n’es pas encore convaincue, je n’ai qu’une chose à te proposer : va voir par toi même 🙂 » – Laure

 

La plume et le flingue

Mon 1er argument pour t’inciter à aller visionner ce film, c’est monsieur Shane black. Il s’agit de la plume à l’origine d’une des sagas policières les plus cultes des années 90. Si je te dis : “Je suis trop vieux pour ces conneries”? L’arme Fatale bien sur !

Voila un scénariste qui semble adorer les héros qui marchent par paires. Ici, « The nice guys » conserve la même dynamique de duo que dans l’excellent Kiss Kiss bang. A l’époque, Val Kilmer dans le pince sans rire compétent, ici Russell Crowe. Et Ryan Gosling succède à Robert Downey Jr, dans le rôle du gaffeur nerveux et maladroit.

Black excelle, non seulement dans les enquêtes sur fond de crissement de pneus et bruit de coup feu, mais aussi et surtout dans les dialogues savoureux. Et « The nice guys » ne fait pas exception. Pour n’en citer qu’un“ au moins personne n’a souffert “ dit Ryan Gosling à son partenaire ,“ beaucoup de gens ont souffert” lui répond celui-ci ,“oui enfin ils sont morts rapidement ,alors à mon avis ils n’ont pas trop souffert”.

Who’s who?

maxresdefaultArgument numéro deux : un casting excellent. Le sex symbole des années 90 (Russell Crowe malgré quelques kilos en plus ne perd rien de son charisme) et celui des années 2010 (Ryan Gossling), n’hésitent pas à malmener leurs étiquettes de charme pour des rôles plus drôles et à contre emploi. Ryan Gosling est hilarant de maladresse. Les seconds rôles ne sont pas en reste. Kim Basinger fait un retour discret très classe, Matt Bomer (la révélation d’American Horror Story saison 5) en tueur froid et sans pitié. Voilà un choix de casting à l’épreuve des balles.

So seventies baby!

nice-guys-director-shane-black-on-trailer-doc-savage-predator-rebootL’ambiance rétro du film nous ramène à l’âge d’or des séries policières. Starsky et Hutch ou encore Shaft, avec des voitures américaines vintages, des costumes bien choisis et une bande son qui déchire! Pour te donner une idée, le film s’ouvre sur Papa was a rolling stone, continue sur Earth Wind and Fire…

Les deux heures de cette enquête sur fond de complot passent comme pour rire (c’est le cas de le dire). Le rythme est excellent et alterne efficacement entre révélations, cascades (à l’ancienne s’il vous plait), et gags scéniques. Nous voilà revenus à la grande époque de la comédie policière ou enquête humoristique, et il était temps. Je ne me suis pas ennuyé une seconde!



Pour en savoir plus sur Laure

laure lecompte cinemaAvec son oeil de faucon et sa plume acerbe, cette critique ciné donne son avis sur les dernières sorties ciné.

Découvre sa bio

Relis ses chroniques #LaureAuCine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s